Je suis née d’une rencontre, d’une volonté de partage. Je suis une association artistique et culturelle de loi 1901, dont l’artiste Ulrich N’toyo et l’éducatrice Naima El Qadery sont les membres fondateurs. Durant deux années la compagnie entre en compagnonnage avec le Théâtre d’Illusia. Cette période a permis de se former sur le plan administratif et de structurer l’association, qui voit finalement le jour en 2011.

 

Afin d’assurer une bonne gestion financière, la compagnie rejoint le Groupement d'Employeurs Culturels BCBG du Havre.
Je regroupe différents objectifs : la création, la production, la diffusion et la promotion des arts vivants (marionnette, conte, théâtre, musique).


Je favorise le métissage des formes artistiques et des cultures, terreau de rencontres humaines. Je m’adapte à chaque situation (balade artistique, atelier de création, performance artistique, atelier de formation, spectacle...)


Au coeur de mes problématiques : l’environnement, la filiation, l’héritage humain, la transmission, l’égalité, les droits de l’humanité, etc.


Je m’engage dans des projets à caractère humain, social, et en direction de publics dont l’accès aux autres cultures ne va pas de soi ou n’est pas adapté, et dont la culture n’est pas forcément considérée. Par exemple auprès d’apprentis en CFA, à l’hôpital avec des personnes âgées, avec des personnes en situation de handicap, des jeunes en réinsertion ou en milieu fermé, des migrantes allophones, des enfants primo-arrivants, ou encore avec des habitants de quartiers qui se voient octroyer peu d’offres.


Je suis installée dans le quartier Grammont à Rouen, où je mène un projet de territoire.


Mon directeur artistique se nomme Ulrich N’toyo. J’associe des artistes que je vais accompagner dans leur professionnalisation ou dans la création d’une forme artistique.


Je me plais à créer des ponts artistiques à l’étranger (Québec, Suisse, Belgique, Congo Brazzaville...) pour de nouveaux spectacles et de nouvelles expériences.


Mes activités tendent à se diversifier de jour en jour, au fil des rencontres, des artistes que nous accompagnons, de nos envies et folies du moment.


La devise de la Youle aurait pu être « Arts sans frontière » ou encore « Arts pour tous ».

Conventionnée par 

Soutenue par